16/01/2014

Claude Pélieu: Autour de minuit


(en écoutant Thelonius Monk)

Autour de minuit toutes les pierres respirent
Autour de minuit les compas de la joie nous libèrent
Autour de minuit les regards vides & morts des robots
Autour de minuit s’épanouissent les fleurs sauvages
Autour de minuit les tiges froides des télés se fanent
Autour de minuit l’ombre du poète suicidé vivant
Autour de minuit nous attendons tout du hasard
Autour de minuit la vie jaillit comme un cri
Autour de minuit les futurs morts entrent dans la nuit des temps
Autour de minuit Blue Monk & le bruit des couleurs
Autour de minuit un chant d’espoir que la terreur efface
Autour de minuit un blues de l’autre côté du ciel
Autour de minuit la neige et les corbeaux
Autour de minuit rochers rieurs & bouquets d’algues
Autour de minuit la lune se regarde dans la glace
Autour de minuit les étoiles font la roue hors de l’espace
Autour de minuit j’entends renaître le printemps
Autour de minuit les comètes éternuent
Autour de minuit la tulipe noire & rouge déploie ses ailes
Autour de minuit les bruits humains de tous les jours
Autour de minuit frangé de nuages le sex-appeal des embruns 

Claude PELIEU

(in La rue est un rêve, Le Castor Astral/ Ecrits des Forges, 1999)



Thelonius Monk.
Thelonius Monk et Allen Ginsberg.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire