11/07/2014

Gary Cummiskey


J'aurais aimé connaître Bob Kaufman

Contre vents et marées
Pour toi mon amour
Je me suis endormi la bouche pleine de lumière
Passent les heures
Voici le temps des aveux profonds
des pages de folie
du pur jazz de la baie de San Francisco
ETEINS LA LUMIERE
Cette école me tourne autour de la tête 
Il y a des OISEAUX
des OISEAUX
qui emplissent cette maison de bonnes vibrations et de jazz
C'est un couac
la chanson 
d'un tournesol
pour un portrait au regard triste
Voici les signes annoncés
le ruissellement du SAXOPHONE DEMENT
des poètes solitaires!


(Adapté en français par Bruno Sourdin)



Gary Cummiskey lors d'une lecture à Johannesburg (photo Arja Salafranca)



Gary Cummiskey
Poète et éditeur (Dye Hard Press) d'Afrique du Sud.
Ce cut-up a été publié à Johannesburg en 2001 dans un recueil intitulé Reigning Gloves. Gary Cummiskey y rend hommage au grand et pur poète Beat de San Francisco, Bob Kaufman, l'auteur culte de Solitudes et Sardine dorée, deux livres magistralement traduits naguère par Claude Pélieu et Mary Beach.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire